CR Endurance Oschersleben

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Jeu 4 Juin 2015 - 12:43

Bonjour,

Sur un autre post, je parlais d'Oschersleben où j'étais pour une course d'endurance. J'ai fait un CR pour un autre forum, je vous le propose ici en me disant que cela peut donner des idées à certains de se lancer ou de continuer à faire des endurances courtes qui sont, d'après moi, une des meilleures façons de commencer la compétition moto ou de la continuer.

Voici mon CR :

Contrairement à ce qu'on pense souvent en France, les allemands aiment l'endurance même si ils ne la pratiquent pas beaucoup en dehors de leurs frontières. D'ailleurs, y aurait-il autant d'équipages français au Bol d'Or si il se courait depuis le début à Hochenheim ou au 24 Heures du Mans si Le Mans était en Bavière?

Il existe plusieurs coupes d'endurance en Allemagne qui vont de courses d'un niveau milieu de grille de Championnat du monde pour les 5-10 premiers à des courses pour débutants en passant par des courses pour motos anciennes.
L'endurance est souvent le moyen de passer le pas de la compétition, on l'oublie souvent et c'est dommage de compliquer inutilement les réglements pour les "petites" courses (ce n'est pas péjoratif, c'est par opposition aux courses de 24 heures) car cela apporte des contraintes que les débutants prennent comme des obstcales pour s'engager. Quelques exemples de complications qui sont des freins au début en compétition : des motos conformes au réglement Promosport ou FSBK (par exemple : obligation d'utiliser le maître-cylidre ou des disques d'origine, moots de moins de 8 ans,...), des systèmes de ravitaillement coûteux (type ACERBIS minimum), des combinaisons ignifugées pour les assistants, ect...

La course que j'ai faite il y a 10 jours se situe dans un niveau entre le haut et le bas des coupes d'endurance allemandes, un peu dans le style Trophée O3Z pour ceux qui connaissent cet organisateur français.

Je m'étais inscrit cet hiver en demandant de faire cette course seul, sans coéquipier. L'organisateur que je connais bien a accepté en me disant qu'il ne savait pas si je courrai hors classement ou non. Au final, Il a décidé de me mettre dans le classement.

Comme je suis en proie à des gros problèmes personnels depuis quelques temps, j'ai hésité car ma dernière sortie sur piste s'était soldée par des temps à 7 secondes de mes chronos habituels faute de pouvoir me concentrer et comme je pilote - enfin, disons je conduis en essayant de piloter - toujours par rapport à mon niveau de lucidité du moment, je roule loin de ce que je peux faire. Néanmoins, j'y suis allé avec pour seul objectif de tester ma faculté à rester concentrer du début à la fin et d'adapter mon rythme en fonction de mon niveau de lucidité. Une sorte de test personnel pour mon mental, je n'avais pas d'inquiétude pour le côté physique de la chose même si personne n'est à l'abri d'une défaillance comme la faleuse fringale que les cyclistes connaissent bien.

Le réglement est simple : 2 pilotes sur une ou deux motos. Les motos sont des 600 et plus, de la 100% Stock à la vraie SBK. Pas de système de ravitaillement imposé. Réservoir de 24 litres autorisés mais pas obligatoires (presqu'aucune équipe allemande en avait sauf les deux premeiiers je crois). L'esprit amateur sans contrainte est la règle.
Il y avait aussi des belges et des hollandais qui couraient avec nous mais avec un règlement différent et de vraies motos d'endurance (réservoir de 24 litres, etc...), ce qui fausse le jeu et ne permet pas de comparer totalement les performances.

Comme je le craignais, je roule mal à la première séance. Comme il y a beaucoup de séances d'essais, je décide de faire des gammes comme on le fait au tennis ou au piano.
Je commence par ne travailler que les trajectoires et ma position en passant souvent sur le rapport supérieur dans les virages pendant deux séances pour m'aider à trouver la fluidité et ne pas être tenté de regarder le chrono (d'ailleurs, je n'avais pas allumé le chono embarqué). La séance suivante, je passe au travail du freinage en m'appliquant sur le laché de frein et le coup de gaz aux rétrogradages car je ne sais pas utiliser les embrayages anti dribbling. Suivent une séance sur le point de déclenchement de l'accélération puis une autre sur le point de l'accélération maxi (mon maxi...). Et enfin une dernière séance pour enchaîner le tout.
Le résultat est peu brillant, je suis à 3 secondes de mes temps 2014 mais je réussis à faire un chrono qui me permettrait peut-être de me qualifier dernier aux 8 heures d'Oschersleben (Championnat du Monde d'Endurance).

Le départ est à 15 heures, j'ai fait l'impasse sur la deuxième qualif qui se terminait à 13h30 pour avoir le temps de préparer l'emplacement dans le stand sans se précipiter. Avec mon ami, Laurent, nous sommes la plus petite équipe! Sur ce point on fait podium d'entrée, la concurrence est ridicule ;-)
On installe mes deux motos en pneus AR neufs et en AV avec peu de tours, quelques outils bien rangés par type d'intervention, c'est à dire changer les roues : une cuvette d'outils pour l'avant, une autre pour l'arrière car on craint la pluie qui ne viendra pourtant pas. Mes motos sont des S100RR 2011 100% stock sauf le poly et l'échappement, même l'huile de fourche est encore d'origine. Elles sont si identiques que je ne sais pas sur laquelle je roule depuis que je les ai.

Le départ est de type lancé en file indienne derrière une pace bike (courant en Allemagne), je me cale sur mon rythme des essais, personne ne me double, je double et je me dis que ce n'est pas normal car si je suis régulier, je ne roule pas très vite. Je soigne énormément mes dépassements, je souris sous le casque (cela faisait longtemps) quand je prends trois pilotes au freinage de la ligne droite même si je sais qu'ils sont plus lents. On a les plaisirs qu'on peut!
Je sens que le pneu AR est de moins en moins stable sur l'angle, la température de la piste a perdu plus de 10 degrés depuis le départ car le ciel est menaçant et le vent s'est levé. Le Pirelli, très sensible au couple pression pneu-température piste, se dégrade à vitesse grand V mais je garde mes chronos du début sans problème.

Le calcul de consommation donnait 43-45 minutes sur le plein (réservoir d'origine) y compris 2 tours sur la réserve.
Je rentre au stand en prenant soin de rouler vite dans la voie d'entrée qui est longue et sinueuse. Mon ami, Laurent, béquille la moto et je coupe le moteur en même temps, j'en descends, je me dirige vers la deuxième moto posée à 3 mètres, je nettoie ma visière sans ôter mon casque avec du nettoyant vitre et un chiffon prêts posés sur une chaise près de la deuxième moto tout comme la "gourde avec durit" (comme les pros mais sans le sticker Raide Bulle) de laquelle je bois deux gorgées d'eau. Pendant ce temps, Laurent passe le transpondeur et le chrono GPS embarqué (important pour éviter d'être sur un faux rythme si fréquent en endurance) sur la deuxième moto sur laquelle je monte. Il débéquille, je démarre le moteur et file en tenant les 60km/h au tableau de bord (pas de pit limiter comme la plupart des autres équipes), heureusement les chiffres du compteur de vitesse sont gros car je ne lis pas les petits chiffres du compte-tours par exemple ne portant pas mes lunettes pour voir de près quand je suis une moto... ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie! La ligne de sortie des stands passée, c'est Full Throttle et wheeling de kéké (Gens simples, joies simples, dit on...) en faisant gaffe quand même car cette voie d'accès à la piste se termine par un gauche doite ultra serré et en aveugle entre des rails qu'on frôle façon TT de quartier. Je suis assez content car je n'ai pas perdu de temps dans ces entrée et sortie des stands car je sais qu'on peut y perdre facilement 5 secondes si on s'y "traînent", et c'est vraiment dommage d'essayer de gagner 0,2 seconde au tour sur la piste pour perdre l'équivalent de 25 fois 0,2 seconde sur cette seule phase de la course. L'endurance se gagne sur la piste et se perd dans les stands, dit on.

Je roule comme le premier relais, je rencontre beaucoup de paquets de pilotes que j'ai du mal à doubler sans les gêner et être moi même gêné sur ce circuit très sinueux faits d'enchaînements de virages qui font que si on ne double pas au début d'un enchaînement on perd beaucoup de temps. Je ne suis pas content de moi car je ne suis pas assez incisif mais je me rappelle mon objectif qui est de toujours rester lucide à tout instant pour piloter en fonction d'une marge de sécurité prédéterminée. Mes chronos doivent être déterminés par cela et non l'inverse.

Puis je m'insulte car j'ai oublié de dire à Laurent de changer la roue AR de la première moto car je crains que le pneu AR soit HS à cause du changement de température. On avait convenu que ce soit moi qui décide ce genre de chose, je sais qu'il ne fera pas le changement. C'est notre règle.
Heureusement, la piste reste à température constante maintenant et je sais que Laurent a fait la pression des pneus selon une prise de témpérature de la piste 5 minutes avant mon deuxième relais comme convenu. Laurent est un type super, nous sommes devenus complices depuis toutes ces années et nous avons confiance l'un en l'autre. Je le revois vite me panneauter après quelques tours, soit dès qu'il a fait le plein de la moto qui vient de s'arrêter et mis les couvertures chauffantes.
Après 35 minutes (les chiffres de l'horloge de bord sont juste assez gros pour que je les lise...) je surveille mon voyant de résezve dans les bouts droits, il s'allume vers 40 minutes, je fais à Laurent le signe convenu de la jambe en passant devant lui, il agite le panneau pour me dire qu'il a compris, je vais rentrer dans 2 tours en sachant que tout sera prêt.

Je rentre, tout se passe comme prévu. J'ai pris soin de dire à Laurent de préparer une roue avec un pneu AR OK au cas où. Je repars avec la moto au pneu AR marqué, deux belles bandes d'arrachement de chaque côté qui ne me mettent pas en confiance. Je me dis que je vais rouler le plus longtemps possible avec ce pneu. Mes chronos restent identiques au début puis commencent à régresser après 15 minutes, je glisse de plus en plus et je n'aime pas çà, j'insiste et je fais quelques virgules moi qui n'en fais jamais, le Traction Control s'allume de plus en plus au tableau de bord. Je perds la confiance dans le pneu, je perds un peu de temps à chaque tour, je décide de rentrer après 25 minutes même si je m'amuse à sentir le pneu "flouter" la piste. Dans des circonstances plus tendues comme un dernier relais en jouant une belle place, j'aurais sans doute continuer mais pas ce jour là.

Je suis en 3ème position au moment de mon arrêt. Je perds immédiatement cette place. Avec un nouveau pneu, je roule comme au début, je suis dans le rythme et je ne suis absolument pas saôulé comme on peut l'être parfois à faire des ronds sur un cicruit sinueux. J'appelle ça l'effet manège. Laurent me met P4 (non, non, je n'ai pas été réformé pour ça au service national même si d'aucun pourrait le penser...) sur le panneau, cela veut dire que je suis revenu en 4ème position.
Tout le reste de la course se passe bien, je remonte doucement puis de plus en plus vite au fur et à mesure que l'horloge tourne. Les 3èmes sont 2, je suis seul, ils sont jeunes, je suis vieux. Ca me fait sourire. Je suis près de la troisème place que je n'aurais pas du quittée si j'avais donné la bonne consigne lors du premier ravitaillement. Je m'insulte, ça me motive pour remonter.

A 12 minutes de la fin, drapeau rouge car un pilote a chuté, il est inanimé et mal placé. Le service médical est sur la piste. J'apprendrai vite après la course que son état paraissait plus mauvais qu'il l'était en réalité, tant mieux.
La course est annoncée arrêtée provisoirement, les commissaires nous placent en file indienne sur la pitlane par ordre d'arrivée dans les stands sans avoir le droit de ravitailler ou autre intervention. L'ambulance est toujours sur la piste, le pilote n'est pas encore évacué, la course ne repartira pas et le classement est figé. Je suis donc 4ème, je devrais être 3ème sans cet arrêt supplémentaire et inutile.

Sur le coup, je suis déçu car le podium dans ces conditions particulières m'aurait plu même si je n'aime pas monter sur un podium (pour vivre heureux, vivons cachés). Puis je me dis vite que je suis content car j'ai atteint mon objectif.

Des gens venaient voir dans le stand durant et après la course pour vérifier si j'étais bien seul à rouler, si je n'avais pas un jumeau car cela leur semblait incongru ou bizarre ou fou ou impossible. L'organisateur vient me dire Bravo après la course car il était sceptique sur ma capacité à garder un rythme constant. Ils pensaient à l'aspect physique de l'exercice mais en fait mon inquiétude était sur l'aspect mental.

Pour dire vrai, cela a été très simple.
Je n'ai eu aucun problème physique (la moto sur piste à ce niveau n'est pas le foot, le tennis, le vélo ou le motocross même à petit niveau), on en fait souvent tout un plat pour pas grand chose. Je sais que cet avis n'est pas partagé mais c'est bien ce que je vis sur une moto. Reste que c'est sans doute différent à haut niveau même si on est loin de ce qui est nécessaire pour faire le Tour de France cycliste.
Je n'ai pas faibli mentalement, je n'étais jamais en zone rouge et encore moins absent. C'est cela qui me satisfait le plus car j'ai pris sur moi pour le faire.

Alors voilà, j'ai bien fini ma course de pioupious (là encore, ce n'est pas péjoratif. Tant qu'on n'est pas en GP, on est des pioupious, non?) alors que je n'étais pas prêt pour le faire et c'est ma satisfaction. J'ai passé un très bon week-end avec mon ami Laurent et c'est une très, très bonne chose.

Je ne sais pas ce que sera la suite de ma saison, je verrai selon les événements.
Je suis OK pour faire en juillet les 24 Heures de Barcelone (8ème en 2012), si une équipe avait besoin d'un pilote qui a le budget et qui sait doubler voire tripler les relais... ;-)


Si ce CR pouvait montrer à ceux qui hésitent à se lancer qu'on peut le faire sans trop de contraintes, j'en serais ravi car comme on peut le voir, il n'est pas besoin d'être 12 potes pour courir une endurance courte, pas besoin d'une moto préparée chez le grand sorcier du moment, pas besoin de stratégie de course digne du SERT et ses ordinateurs, pas besoin d'une condition physique de footbaleur payé des millions, pas besoin de rouler dans la même seconde que Lorenzo. On peut le faire sur une R6, une GSXR ou un Boxer de 10 ans d'âge ou plus qui ne coûtent plus très chers et avec des pneus AR qui tiennent 4 heures (la plupart des marques font des slicks dits loisirs qui sont très tolérants en pression et ont une usure modérée tout en étant bons au chrono, j'en aurais bien montés à Oschersleben mais il n'y en avait pas).
On a la chance de vivre une époque où les motos sorties de chez le marchand sont OK pour courir sans aucune modification et sont d'une fiablité dont les pilotes des 70's ne rêvaient même pas, où les organisations de courses amateurs sont nombreuses. Profitons en tant que cela est possible.
Je sais qu'avant sa première course, on s'en fait tout un monde, et c'est compréhensible, mais en fait cela est plus simple qu'on le pense.

Si certains veulent des avis, n'hésitez pas de demander ici ou en MP. Plus on est de fous et plus on rit!

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Boxer53 le Jeu 4 Juin 2015 - 13:53

Et le chrono régul au tour a été de combien?
avatar
Boxer53
Lièvre

Age : 64
Localisation : 67450 LAMPERTHEIM
votre monture : K1; R1100S; R1200S ; R1150S piste; R1200S piste ; HP2 sport piste
Humeur : En général bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Jeu 4 Juin 2015 - 14:58

1'36" contre 1'33" en 2014... Je vais me reprendre.

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Boxer53 le Jeu 4 Juin 2015 - 15:10

poiteau a écrit:1'36" contre 1'33" en 2014... Je vais me reprendre.

A la vache. J'ai fais 1'43" et quelques début Mai 2015. Mais c'est relativement conforme à la différence au tour que je constate entre mon Boxer et une S1000RR avec un pilote qui ne se traîne pas trop.
avatar
Boxer53
Lièvre

Age : 64
Localisation : 67450 LAMPERTHEIM
votre monture : K1; R1100S; R1200S ; R1150S piste; R1200S piste ; HP2 sport piste
Humeur : En général bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Boxer53 le Jeu 4 Juin 2015 - 15:12

Pour info, les plus rapides des Boxer faisaient 1'37" et quelques.
avatar
Boxer53
Lièvre

Age : 64
Localisation : 67450 LAMPERTHEIM
votre monture : K1; R1100S; R1200S ; R1150S piste; R1200S piste ; HP2 sport piste
Humeur : En général bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par sprint38 le Jeu 4 Juin 2015 - 17:31

C'est bien tout ça , mais  je ne pense pas que tu sois aussi fringuant, physiquement,  en Flat Sport , même améliorés ils ne sont pas sortis d'usine pour aller sur la piste comme tes S1000 et puis " Boxer Cup separates men from the boys " ... Je rigole J ' t' envie d'avoir le temps de faire ça. Je pars pour le Vigeant les 12 et 13 de ce mois mais boulot a donf jusqu'au 11 a midi , à peine une après midi pour préparer la brêle , la roulotte et le van , et les bières ( chuuut ) Longue route un peu pourrie jusqu'au circuit , arrivée au mieux dans la nuit... Pour le mental c'est pas top et le physique j'en parle pas. On a fait quelques courses avec Francis et les potes du fofo , au bout de 35' (Alcarras je crois) je commençais a ne plus sentir mes doigts rigolo Au Red Bull ça allait mieux , mais c'était plus une course Sprint que d'endurance. On a pas était trop ridicules , même sous la  affraid pluie on y était.
T'as pas une video ? C'est peut être interdit ?
avatar
sprint38

Age : 57
Localisation : entre grenoble et chambéry
votre monture : S 1200 RR ; 2 tondeuses Honda..

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Jeu 4 Juin 2015 - 17:39

Oschersleben est un cricuit où toutes les cylindrées et tous les types de moto peuvent s'exprimer et où les écarts de chrono ne sont pas très importants.
Pour les 1000 4 cylindres et 1200 Vtwin, il y a 3 grosses accélérations mais pas de ligne droite (on ne passe pas la 6) et pas mal de zigouigouis.
Pour les 600, les enchaînements de virage sont leur terrain de jeu et ils peuvent plus facilement se permettre de passer la puissance plus tôt entre les virages rapprochés.
Pour les Boxer, l'équilibre général de la moto et la fluidité de trajectoire et de rythme demandé par ce circuit doivent aider mais elles doivent être plus à la peine sur les 3 grosses accélérations.
Je ne serais pas surpris que pas plus de 3 secondes séparent ces motos (HP2 pour les Boxer) à pilote égal.

Une S1000RR 2011 d'origine très bien menée doit rouler en 1'31 en pneus racing.

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Jeu 4 Juin 2015 - 17:41

Ni vidéo, ni photos. Je n'en fais jamais...

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par sprint38 le Jeu 4 Juin 2015 - 18:02

mais les autres , te prennent pas en tof ? 4° quand même faut que ça se sache
avatar
sprint38

Age : 57
Localisation : entre grenoble et chambéry
votre monture : S 1200 RR ; 2 tondeuses Honda..

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Bobby95 le Ven 5 Juin 2015 - 11:42

j'ai aimé ton CR poiteau, les petits détails, comme la lingette nettoyante sur la chaise lors des changements de moto, les gammes à faire aussi. bon moi je ne connais que deux notes (Do -Ré) mais au moins je sais maintenant qu'il en existe d'autres. Bref un moment d'évasion Wink
avatar
Bobby95

Age : 51
Localisation : 95
votre monture : R1200S jaune, déguisé en poisson cloon, avec plein de bon kilomêtres
Humeur : Le matin, j'ai la main : Le soir, Fab me dit au revoir

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Boxer53 le Ven 5 Juin 2015 - 11:53

poiteau a écrit:Oschersleben est un cricuit où toutes les cylindrées et tous les types de moto peuvent s'exprimer et où les écarts de chrono ne sont pas très importants.
Pour les 1000 4 cylindres et 1200 Vtwin, il y a 3 grosses accélérations mais pas de ligne droite (on ne passe pas la 6) et pas mal de zigouigouis.
Pour les 600, les enchaînements de virage sont leur terrain de jeu et ils peuvent plus facilement se permettre de passer la puissance plus tôt entre les virages rapprochés.
Pour les Boxer, l'équilibre général de la moto et la fluidité de trajectoire et de rythme demandé par ce circuit doivent aider mais elles doivent être plus à la peine sur les 3 grosses accélérations.
Je ne serais pas surpris que pas plus de 3 secondes séparent ces motos (HP2 pour les Boxer) à pilote égal.

Une S1000RR 2011 d'origine très bien menée doit rouler en 1'31 en pneus racing.

Enfin quand tu as des watts çà sert quand même vachement.

La ligne droite des stands, c'est quand même pas si court que çà.
Ensuite le gauche et le droite, c'est effectivement des rayons courts, mais une grosse accélération en sortie du droite
Puis le gauche aussi avec un rayon court, et de nouveau une grosse accélélération puis le triple gauche ou il les faut avoir bien accroché
Droite rayon très court, puis le pif-paf avec de nouveau une grosse accélération
Puis droite gauche ou la vitesse de passage est très importante puis courte ligne droite
Droite qui me semble également très rapide puis courte ligne droite
Puis droite rayon court d'entrée à la ligne droite des stands

Avec le Boxer je comptabilise donc 6 bouts droits ou un 1000 avec 190 chevaux te largue comme un rien
avatar
Boxer53
Lièvre

Age : 64
Localisation : 67450 LAMPERTHEIM
votre monture : K1; R1100S; R1200S ; R1150S piste; R1200S piste ; HP2 sport piste
Humeur : En général bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Ven 5 Juin 2015 - 14:24

Merci Bobby95, je suis content si tu as pu "t'évader" un peu! C'est pour cela que je fais de temps en temps un CR.

Je n'ai jamais conduit de Boxer donc je ne peux pas comparer pleinement. En revanche, un 600 n'est pas largué à Oschersleben comme il peut l'être au Mugello ou à Barcelone par exemple.

Dans certains bouts droits que tu cites on ne pousse pas les rapports à fond sur un 1000 de 190cv. Par exemple entre le S de retour et le double droite qui commande le petit droit avant la ligne droite des stands, on est en 3ème et on ne prend pas 14 000 tr/mns et donc on n'utilise pas toute la puissance. On l'utilise 4 fois sur ce circuit.

3 secondes à pilote égal sur un circuit c'est à la fois beaucoup au sens où les armes ne sont pas égales mais néanmoins pas un gouffre.

Et puis, ce débat est éternel comme celui de la moto légère peu puissante contre la moto lourde très puissante. Il sera toujours à l'avantage des plus puissantes... mais si on regarde les chronos des Moto3 du mondial qui sont des 250 cm3 de 85 kg (le poids varie selon le pilote car on pèse les deux ensemble), elles font les memes temps que des 1000 Supertock bien menées. cf les chronos du GP de France versus ceux des 24 Heures du Mans qui est pourtant un circuit d'accélérations-freinages.

Au delà du chrono, ce qui me semble plus important en utilisation loisir est le scope des sensations que chaque type de moto apporte.
J'ai commencé en coupe 125 Cagiva à 37 ans, je courais contre (enfin derrière) Randy de Puniet et avait l'age de son père. J'ai adoré l'exercice de garder de la vietesse coûte que coûte au point de corde en s'appliquant à relacher le frein très tôt ce qui est contre nature quand on débute car on frien comme un damné et on se retrouve arrêté au point de corde.

Miantenant, j'ai choisi les 1000 supersport pour leur puissance et surtout les vitesses qu'elles permettent sur certains circuits. Par exemple, à Hockenheim sur le tracé GP (le F1), il n'y a pas de grande ligne droite mais une très grand parabolique qu'on entame en seconde pour finir à 14 200 tr/mn en 6ème. Au 3/4 de cette courbe, on est à 275-280 km/h soit environ 77 m/s alors qu'on aune visiblité de 60 mêtres environ soit on en voit pas ce qui va se passer dans la seconde suivante. Cette sensation alors qu'on est anglé (pas trop mais à cette vitesse cela fait beaucoup), qu'on longe la ligne intérieure puis qu'on s'écarte d'un coup vers l'extérieur en fin de courbe pour aller chercher la ligne extérieure pour balancer la moto encore plus sur l'angle en revenant vers la ligne intérieure pour bénéficier d'un petit regain d'accélération**, c'est une sensation qu'une moto moins rapide ne peut procurer. Idem au Mugello où la ligne droite est loin d'être droite et plate sur une 1000 alors qu'elle l'est presque en 600.

En fait, toutes les motos sont des machines à sensations et c'est bien ce qui est extraordinaire. J'ai pu tester une moto électrique destinée à la piste (la HKER), et même si je ne devais faire que deux tours à chaque run, je me suis bien amusé car les sensations ne ressemblaient à rein de ce que je connaissais mais étaient bien réelles.

**En balançant encore plus la moto, on roule plus sur le côté du pneu donc sur une partie où la circonférence est plus petite. L'effet est le même que si on avait une démultiplication plus courte d'un coup (une espèce de variateur de mobylette...), le moteur prend du régime immédiatement, on relève la moto, le moteur garde son régime et la moto continue d'accélérer comme tirer par un élastique ans que le compte tour ne bouge. C'est amusant surtout quand on est deux ou trois à le faire en même temps à 280 km/h pour atteindre près de 300. Ce n'est pas évident à faire et il faut s'entraîner un peu mais c'est très jouissif.

Mais au final les américains ont raison : there is no replacement for displacement*
* Rien ne remplace la cylindrée.

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par FAB le Ven 5 Juin 2015 - 14:54

Sympa le CR en effet, ça donne envie même si le niveau n'est pas là.
Dommage que la ffm interdise comme en Allemagne ou en Espagne les roulages avec mini endurance à la fin du week-end.
avatar
FAB
Bouchon

Age : 35
Localisation : Sur la trajo comme en dehors mais jamais au bon endroit
votre monture : bridée en 34cv
Humeur : On verra demain

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par teuteuf32 le Mar 9 Juin 2015 - 23:02

top ton CR
je me suis régalé coucou01
avatar
teuteuf32

Age : 44
Localisation : Paris
votre monture : BMW 1100's 800G's et K75
Humeur : Ollllllléééééééé

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par charlier le Mer 10 Juin 2015 - 15:59

enaccord enaccord
avatar
charlier

Localisation : le Monde
votre monture : S1000RR (2010) BIG BALLS ONLY
Humeur : ‘I’m old, i’m fat, but i’m still fast’

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par poiteau le Mer 10 Juin 2015 - 21:37

Merci!

J'en fais un par an... Si je faisais une seconde endurance seul cette année (ça m'a plu!), je tâcherais d'en faire un second.

poiteau

Localisation : marnes la coquette
votre monture : S1000RR

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR Endurance Oschersleben

Message par Bobby95 le Jeu 11 Juin 2015 - 14:31

ok mais alors il faut que le second CR parle aussi d'ombrella girls Wink

Signé : Le pervers pépère.
avatar
Bobby95

Age : 51
Localisation : 95
votre monture : R1200S jaune, déguisé en poisson cloon, avec plein de bon kilomêtres
Humeur : Le matin, j'ai la main : Le soir, Fab me dit au revoir

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum